Tom et Daniel – 7 ans avant les évènements tragiques de Winslow

* Bien que les personnages soient fictifs, cette nouvelle est inspirée d’une histoire vraie.

L’équipe de tireurs d’élite canadiens, après être grimpés sur le toit ondulé de cette petite demeure faite en terre en plein cœur de la province de Kandahar, en Afghanistan, déposèrent enfin leurs lourds sacs à dos sous cette chaleur accablante d’août. Une fois allégés, les quatre barbus sortirent rapidement l’équipement nécessaire, dont une arme de précision de calibre .50, avant de se positionner pour couvrir leurs frères d’arme qui s’apprêtaient à pénétrer dans le village.

Tom, un bel homme athlétique affichant un tatouage tribal sur un côté du cou, plaça son œil droit derrière l’impressionnant télescope alors que son commandant, mentor et ami, Daniel, un grand blond, s’installa derrière avec sa radio et une paire de jumelles. Le troisième de l’équipe, Patrick, un sportif élancé, se positionna devant une imposante lunette d’observation sur trépied afin d’analyser en détail le village presque désert devant. Samuel, le dernier, un peu plus costaud que les autres et ayant quelques poils au menton grisonnants, leur tourna le dos afin de surveiller leurs arrières.

Après quelques minutes à observer l’horizon, Daniel communiqua à ses supérieurs que la voie semblait libre et que les troupes d’infanterie et de démineurs pouvaient commencer à inspecter le village. Mais soudain, alors qu’il venait à peine de terminer sa phrase, des coups de feu retentirent. Et bientôt ce fut des bruits de claquements que les militaires, qui se trouvaient dans cette zone de guerre depuis près de cinq mois, reconnurent comme étant des projectiles passant à proximité de leur tête. Devinant que les tirs leurs étaient destinés, les snipers se mirent à couvert entre les vallons du toit.

– Contact! Attendez, terminé! lança aussitôt le commandant du détachement sur la radio pour avertir ses confrères et supérieurs.

Par la suite, à tour de rôle, les quatre guerriers s’exposèrent pendant moins de deux secondes chacun pour tenter de distinguer les ennemis qui les engageaient. Mais malheureusement, ils leur furent impossibles de les repérer dans le village qui ressemblait à un vrai labyrinthe. Le tatoué, déterminé à les localiser, resta alors à découvert pour scruter vers l’avant.

– Tom, penches-toi, putain de merde! ordonna ensuite Daniel en trouvant que son ami restait un peu trop longtemps exposé au feu ennemi.

– Ces fils de putes ne m’auront pas! Ils ne savent pas viser!

– Tom, si par malheur ils te touchent, c’est nous qui allons être pris pour te sortir d’ici!

Les paroles sages du soldat d’expérience eut aussitôt l’effet escompté sur le plus novice. Dès que ce dernier, que Daniel avait formé,  suivit ses consignes, le doyen se releva à son tour en direction des bruits de coups de feu et tira quelques balles au hasard, question de forcer les talibans à se pencher également. Aussitôt, les autres membres de l’équipe se mirent à faire de même. Chacun leur tour ils expédièrent alors deux à trois projectiles avant de se remettre à couvert, espérant ainsi repousser l’ennemi. Pour en rajouter, Daniel envoya également, à l’aide de son lance-grenade fixé sous son fusil d’assaut,  quelques balles explosives au hasard vers l’endroit suspecté, que tous les villageois avaient préalablement quitté des heures auparavant.

Tout à coup, une roquette de RPG 7 tirée par les talibans passa juste au-dessus d’eux avant d’aller exploser un peu plus loin. En levant les yeux, le commandant remarqua que la roquette avait laissé une trace de fumée noire qui lui indiquait exactement le point de départ, lui donnant enfin un indice de la cachette des terroristes.

– Faites-moi un feu de couverture! cria-t-il alors à ses hommes.

Sans poser de questions, les soldats professionnels s’exposèrent en ouvrant le tir à profusion. Le blond en profita alors pour se relever un peu plus haut et prendre le temps de mirer avec son lance-grenade. Puis, lorsqu’il pressa la détente, il fut des plus ravis de voir une explosion en plein sur son point de visée.

Lorsque les tireurs d’élite se remirent à couvert, le silence refit surface. Plus aucun bruit d’armes à feu ne se fit réentendre. Jugeant que soit il avait réussi à les toucher, soit il leur avait réellement donné la frousse, Daniel en déduisit que le contact venait d’être brisé. Mais comme ceux qui les avaient attaqués se trouvaient à près de 400 mètres, ils leur étaient impossibles de s’aventurer dans ce labyrinthe truffé de pièges pour aller vérifier leurs états. Le sniper dut donc se contenter de l’absence de coup de feu comme indice qu’il avait fait mouche.

Après un moment sans signe de vie, Tom se repositionna derrière son arme de tireur d’élite alors que Daniel envoya son rapport de situation à ses supérieurs. Samuel et Patrick reprirent également leur position respective.

Soudain, Tom remarqua deux hommes armés aux alentours de l’endroit que Daniel avait bombardé. Il les indiqua aussitôt à ses confrères et Patrick lui envoya aussitôt les ajustements à mettre sur son télescope pour contrer la gravité et le vent. Puis, lorsque le blond lui donna l’autorisation d’ouvrir le tir, le tatoué pressa lentement la détente.

– Hit! s’écria presqu’aussitôt Patrick en voyant à travers sa lunette d’observation le taliban faire quelques culbutes arrière. Tu l’as bien eu! Si vous aviez vu ça!

Le tireur, satisfait, actionna aussitôt sa culasse pour remettre une nouvelle balle dans la chambre. Puis, il tenta de faire de même avec le second ennemi. Toutefois, ce dernier s’était déjà dissimulé, ne voulant pas subir le même sort.

Après plusieurs minutes sans apercevoir aucun autre mouvement, Daniel avertit son supérieur de la situation et lui confirma que de leur point de vue, la voie semblait libre. Ce dernier poussa alors ses troupes à poursuivre l’avance dans le village.

L’équipe de tireurs d’élite, pour leur part, restèrent sur place toute la journée sous les brûlants rayons pour les couvrir, s’hydratant avec l’eau ayant chauffé dans leurs sacs, sans toutefois arriver à retracer d’autres cibles. Ce ne fut que lorsque le soleil entama sa descente que l’équipe de Daniel plia bagage pour aller rejoindre leurs collègues fantassins et ingénieurs qui avaient terminés de faire le tour de la partie sud du village comme prévu.

Retrouvez Daniel et Tom dans la série L’assaut du Mal.

Sylvain Bouffard Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *