Nicholas – 17 ans avant les évènements tragiques de Winslow

En sortant de la bibliothèque de l’école, qui donnait sur la grande salle de récréation, Nicholas, un adolescent au visage couvert d’horribles cicatrices, entra accidentellement en collision avec le grand sportif Joshua Lirette, le gars le plus populaire du lycée. Celui qui avait été atrocement défiguré par un incendie, auquel il avait survécu six ans plus tôt et qui avait coûté la vie de sa mère et de son tant aimé petit frère, échappa les livres sous son bras dès l’impact.

– Oh désolé! s’excusa aussitôt Nicholas en baissant les yeux.

– Mais regarde où tu vas, le monstre! Nom d’un chien, j’ai renversé ma gourde sur mon chandail à cause de toi!

– Peut-être que si tu enlevais ta capuche, tu y verrais quelque chose?! rajouta un des amis du sportif, témoin de la scène.

– Ouais, je crois que ça pourrait t’aider à y voir plus clair! poursuivit un autre en retirant le capuchon du chandail kangourou de sur la tête de Nicholas.

– Aïe! Ne me touchez pas, espèces d’enfoirées! répliqua-t-il lorsque son crâne chauve et ses répugnantes marques furent révélés dans la salle publique.

– Enfoirés?! lança Joshua. D’abord, tu me fonces dessus et après, tu oses traiter mes amis d’enfoirés?! Tu ne manques pas de culot pour la gueule que tu as!

– Je me suis déjà excusé alors laissez-moi tranquille! lui répondit en relevant la tête le jeune au visage déformé, qui avait l’habitude de provoquer son père alcoolique à l’époque pour protéger son petit frère.

– Pardon?! Ne lève pas le ton face à moi, sale petit connard!

– Oh, regarde Josh les beaux bouquins du petit génie, lança soudain son troisième copain en ramassant les livres précédemment échappés, ayant pour but de ridiculiser avantage celui qui osait tenir tête au chef de leur gang.

– Wow! «Vampires, mythes ou réalité?», lut Joshua sur la page couverture du premier manuscrit. À ce que je vois, tu essaies de retrouver tes semblables, le monstre!

– Et on a aussi une belle bande dessinée de super-héros, poursuivit l’autre.

– Je vois! enchaîna le leader. On aime les héros! Mais avec ta sale gueule, tu serais plutôt un vilain!

Malgré les insultes, Nicholas demeura muet, se contentant de fixer le blondinet tout en serrant les dents. Autour, les autres jeunes en récréation regardèrent le spectacle silencieusement. Certains pouffèrent de rires tandis que d’autres trouvèrent les commentaires de la bande de sportif complètement déplacés. Cependant, personne n’osa intervenir pour tenir tête au gars le plus en vogue de l’établissement.

– Oh, mais c’est qu’il a l’air triste, le pauvre petit, poursuivit ce dernier. Eh! J’y pense! Ça pourrait être ça, ton nom de super-vilain! L’homme-triste… Ou en anglais, le Sadman! Ouais! Ça sonne plutôt bien! Tu ne trouves pas, Sadman?

– Redonne-moi mes livres et fiche-moi la paix!

Lorsque sa victime éleva la voix, l’imposant blond répliqua aussitôt d’une poussée à la poitrine. Toutefois, à sa grande surprise, malgré la force de son attaque, le grand brûlé broncha à peine vers l’arrière. Conscient que ce dernier s’avérait beaucoup plus robuste qu’il ne le paraissait, Joshua se mit à bouter de sa capacité à le vaincre au corps à corps. Afin de ne pas perdre la face devant toute l’école, il décida donc de s’arrêter là.

– Ce que tu peux être repoussant! se contenta-t-il de dire. Si tu oses encore m’adresser la parole de la sorte, le monstre, tu le regretteras! le menaça-t-il en jetant les livres au sol avant de repartir, suivi de près par ses trois camarades.

Les spectateurs demeurèrent sur place un moment à regarder silencieusement Nicholas ramasser ses ouvrages avant de retourner à leurs activités quotidiennes.

Une fois debout, le brûlé s’isola à nouveau sous sa capuche avant de poursuivre sa route vers son casier. En chemin, il sentit toute la colère accumulée lui ronger l’intérieur. Comme il aurait aimé lui remettre la monnaie de sa pièce.

Arrivé à destination, ses mains encore tremblantes eurent de la difficulté à composer la combinaison du cadenas et il dut s’y reprendre à plusieurs reprises. Lorsqu’il l’ouvrit enfin, il sentit une voix intérieure lui dicter que cet enfoiré de Joshua ne devait pas s’en sortir aussi facilement, qu’il n’avait pas le droit de le ridiculiser de la sorte et qu’il méritait une bonne leçon. Complètement aveuglé par la rage qui bouillonnait en lui, Nicholas attrapa une chaussette en laine dans sa case et y introduisit son cadenas en le faisant glisser jusqu’au fond. Puis, sans y réfléchir davantage, il retourna d’un bon pas en direction de Joshua, toujours dans la salle publique, en train de flirter avec de jolies filles.

Au moment où il arrivait à proximité, il fit tournoyer son fléau d’arme improvisé le plus rapidement qu’il put avant d’interpeller son adversaire en hurlant son nom. Dès que ce dernier se retourna, le colérique lui asséna un violent coup en plein visage. Suite à la brutale attaque, le sportif s’effondra au sol en se tordant de douleur.

En voyant leur chef se faire agresser, ses trois copains accoururent à sa rescousse. Toutefois, dès que le premier s’approcha, Nicholas le frappa à son tour de son arme artisanale en plein sur la mâchoire, l’envoyant directement au tapis.

Sans attendre, le brûlé tenta de reproduire la même chose avec le deuxième, mais celui-ci se pencha à temps, évitant de justesse le cadenas logé au fond du bas. Néanmoins, en voyant que son assaut avait été inefficace, Nicholas enchaîna avec un puissant coup de pied qui lui fractura douloureusement le nez.

Mais avant de pouvoir poursuivre, le troisième l’agrippa de dos pour le surprendre. Dès qu’il se sentit pris au piège, Nicholas le frappa à l’aide du derrière de sa tête pour se libérer avant de se retourner et d’enchaîner d’une série de plusieurs coups de poings.

Lorsque ses quatre adversaires furent étendus au sol en se plaignant de douleur, Nicholas attrapa Joshua par ses cheveux et le releva brusquement à la hauteur de ses hanches.

– Regardez tous! se mit-il à crier en dévoilant l’importante incision sanglante qu’il venait de lui infliger sur une joue. Cette école a désormais un nouveau monstre! Je ne serai enfin plus le seul à vous servir de phénomène de foire! Regardez comme il la ramène moins depuis qu’il n’a plus sa belle petite gueule! Qu’est-ce qui se passe les filles? Ne me dites pas que vous ne le trouvez plus aussi attirant, maintenant? Pourtant, c’est enfin son vrai visage qui vous est révélé!

– Nicholas, lâchez-le! lui ordonna soudainement une jeune professeure en tirant sur son chandail.

Dès qu’il l’aperçut, Nicholas repoussa sa victime avant de se retourner agressivement vers la belle enseignante. Puis, sans crier gare, il l’attrapa à la gorge en serrant de toutes ses forces.

– Ne me touche pas, sale pute! Où étais-tu plus tôt, quand c’était eux qui m’agressaient? Hein?! Où étais-tu?!

Nicho… Ni… Nicholas… Aaaarrrgghhh!

– Ton petit protégé avait bien raison sur un point, toutefois! C’est vrai que Sadman, ça sonne beaucoup mieux que Nicholas! Tu ne trouves pas? poursuivit-il en regardant son visage devenir de plus en plus rouge.

– Nicholas! hurla à son tour le directeur, qui venait d’être prévenu. Lâche-la tout de suite!

– Sinon quoi, petit grassouillet? Tu crois être en mesure de me foutre une raclée? Ah non, je sais! Tu vas le dire à mon père! Eh bien, laisse-moi t’avouer que mon père, ce minable, n’en a rien à foutre de moi! Il doit probablement être en train de se branler à la maison, sa douzième bouteille de bière quotidienne à la main. Et il n’osera jamais me toucher, parce qu’il a bien trop peur de moi! Lorsque j’avais dix ans, là, il ne se gênait pas! Mais aujourd’hui, il sait ce qui risque de lui arriver!

– C’est la police que je vais appeler!

– Nicolas, Seigneur! l’interpella tout à coup Muriel, la gentille bibliothécaire qui était la seule à avoir toujours eu du respect envers lui.

En la voyant, le jeune agressif desserra son étreinte et la professeure se libéra rapidement en toussant à répétition.

Un long silence s’en suivit, alors qu’il resta là à dévisager de son inquiétant regard tous les spectateurs terrifiés. Puis, après un certain temps, le directeur fit enfin un pas vers lui.

– Si tu oses me toucher, le vieux, je te jure que je te brise tous les os de la main! le menaça le jeune aux cicatrices. Plus jamais personne ne me toucheras désormais! Et plus jamais je ne laisserai quelqu’un me manquer de respect!

– Sors de cette école immédiatement, Nicholas! Tu es expulsé!

– Oh, je vois! Mais eux, ils n’auront rien! C’est ça?! Même si ce sont eux qui ont commencés! Parce que je me décide enfin à me défendre… Ou c’est peut-être ma gueule qui ne te revient pas! Je t’emmerde, vieux connard! Je vous emmerde tous! Je vous déteste tous autant que vous êtes!

Sur ces dures paroles, Nicholas se dirigea hâtivement en direction de la sortie. Tous, y compris le directeur, se reculèrent pour lui libérer le passage, terrifiés par l’angoissant personnage.

Avant d’atteindre la porte, l’adolescent s’arrêta à la hauteur du gros crucifix qui décorait l’entrée de cette école catholique. Après avoir dévisagé la statuette en plâtre représentant Jésus sur la croix, il se décida à lui lancer son cadenas de toutes ses forces.

– Et toi aussi, je t’emmerde!

Le projectile frappa ensuite la tête de l’effigie, qui se détacha avant de finir en morceaux sur le sol. Dès qu’il eut touché sa cible, le Sadman fit un petit sourire en coin avant de disparaître à l’extérieur.

Sachez ce qu’il advient de Nicholas dans le roman L’assaut du Mal, tome 1; Sadman, le sorcier.

Visitez l’onglet «Les livres» pour commander les romans.

*Illustration: Claudie Bouffard

Sylvain Bouffard Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *